1 000 femmes, devenir économiquement indépendantes

Durant les 18 derniers mois, plus de 1 000 femmes moldaves ont bénéficié d’un programme mis en place par le FNUAP (Fonds des Nations Unies pour la Population) en partenariat avec le Ministère du Travail, de la Protection Sociale et de la Famille et avec le soutien de la Fondation Orange Moldavie.

Initié en juin 2011, ce projet accompagne des femmes victimes de violences conjugales ou de trafics d’êtres humains vers une intégration durable sur le marché du travail, en leur offrant des opportunités de formation et d’emploi. Ces femmes bénéficient de conseils sur l’emploi, le recrutement et la formation, ainsi que d’une aide matérielle pour monter leur propre activité.

En Moldavie, 6 femmes sur 10 subissent des violences conjugales au cours de leur existence. La plupart des violences ont lieu au sein des familles et sont le fait des maris, suivis des pères et des beaux-pères. La majorité des victimes sont des femmes avec enfants. Agir sur le niveau d’instruction et de formation des femmes, permet également de les soustraire à la violence de leur mari ou de leur compagnon.

Le projet a été mis en place dans 4 districts du pays (Balti, Drochia, Bender et Cahul) et il doit son succès à une étroite collaboration avec les organisations non-gouvernementales locales : l’Association des Psychologues, l’Association des Familles Monoparentales, le Centre de Crise Familiale "SOTIS, l’Association publique "Artemida".
"Grâce à ce projet, nous avons pu aider de manière très concrète les femmes en situation difficile qui font partie des populations bénéficiaires des actions de la Fondation Orange Moldavie", se félicite la directrice d’Orange Moldavie, Liudmila Climoc. "Le nombre de bénéficiaires directes du projet est impressionnant puisqu’il s’élève à plus de 1 000 femmes. La violence conjugale est un problème majeur en Moldavie, et un projet comme celui-ci permet de lutter en partie contre ce fléau. Mais comment ? En devenant économiquement indépendante, les femmes reprennent confiance en elles et sont assurées de subvenir aux besoins de leurs enfants. Nous pouvons dire qu’avec ce projet, nous agissons sur deux aspects : l’indépendance des victimes de violences conjugales et la création d’emplois dans les zones rurales."

Depuis le lancement du projet, 530 femmes ont été conseillées et 47 ont reçu des aides matérielles - notamment les outils nécessaires au démarrage de certaines activités ou encore deux vaches. Ainsi, Nadeja P., originaire de Causeni, a doublement profité du programme en recevant une formation en coiffure et un kit comprenant le matériel de base. "Je suis vraiment ravie de ce soutien. J’ai maintenant un rêve : créer mon propre salon de coiffure et continuer mon apprentissage. J’ai déjà quelques clients qui me font confiance, je les traite avec attention et respect. Je suis fière de moi."
81 femmes ont reçu une formation et l’on compte parmi les bénéficiaires 3 couturières, 19 coiffeuses, 7 visagistes, 12 manucures, 21 cuisinières, 2 serveuses, 4 secrétaires, 1 vendeuse et 12 femmes qui ont appris à utiliser les ordinateurs.

Rodica S. rêvait de devenir couturière depuis toujours. Après avoir fini sa formation, elle a mis au point un business-plan dans le but de créer son propre atelier dans son village. Dans le cadre de son projet, elle a donc reçu une machine à coudre, du tissu et du fil. "Je couds du linge de lit que je vends ensuite au marché. Cela me permet de payer mes charges, et j’ai déjà pu stocké un peu de bois pour l’hiver. Je gagne entre 100 et 150 lei (entre 6 et 10 euros) par jour et je peux acheter de la nourriture et des produits d’hygiène. Je peux aussi faire plaisir à mes enfants et leur acheter quelques friandises. Je me sens sereine et en sécurité."

 

Partager cet article

 

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recherche