Abdourhamane Bahare,
la solidarité en action

Homme de dialogue et de décision, Abdourhamane Bahare se réjouit d’avoir pu contribuer en cinq ans à l’essor d’une entreprise qui compte aujourd’hui 1,6 million d’abonnés au Niger.

Santé - Niger

« Mon but est de satisfaire et fidéliser le client », annonce du haut de ses 30 ans l’homme qui dirige le centre d’appels Orange à Niamey. Responsable – via sept superviseurs qu’il chapeaute – de l’accueil que réservent 115 conseillers clients à près de 6 000 appels quotidiens, il n’en demeure pas moins souriant et détendu. Il faut dire que depuis son embauche voilà cinq ans, Abdourhamane n’a cessé de gravir les échelons. De conseiller client il est passé superviseur call center, puis soutien commercial, et enfin en 2012, chef de service du centre d’appels. « On a remarqué que je traitais bien les clients », explique-t-il modestement.

 

 

Homme d’action, dès l’âge de 18 ans il oeuvre bénévolement au sein de l’ONG Femjes (Femme-Jeunesse-Environnement-Santé) qui oeuvre à la réinsertion durable des jeunes des rues, et se lance dans des études à l’IPDR (Institut pratique de développement rural) de Kollo, près de Niamey, avec la ferme intention de sauver les terres appauvries de ses parents. « J’étais certain qu’il suffisait pour cela d’une bonne gestion », se souvient-il. Quatre années d’études couronnées par un diplôme de technicien après un stage pratique en France en partenariat avec le lycée agricole d’Auzeville (Toulouse), puis un service civique au ministère nigérien de l’Agriculture. À défaut d’avoir sauvé les terres familiales, cette expérience est pour lui un déclic. « À 24 ans, j’ai décidé de passer mon bac technique que j’ai eu, confie-t-il. J’ai alors postulé chez Orange tout en poursuivant mon action au sein de Femjes qui depuis ses débuts a réinséré 300 jeunes. »

"J’ai répondu présent dans la minute qui a suivi l’appel de la Fondation Orange"

Dès lors, il cerne mieux ses aspirations : un goût pour le commercial et une vocation à aider son prochain. « J’ai répondu présent dans la minute qui a suivi l’appel de la Fondation Orange à participer le 20 octobre 2012 à la distribution de vivres à Liboré (région de Tillabéry), suite aux inondations. » Doté d’un esprit d’équipe renforcé par sa pratique intensive du football, Abdourhamane mobilise 35 autres volontaires parmi les salariés d’Orange pour distribuer 180 tonnes de vivres (riz et maïs) à 1 800 ménages sinistrés (12 600 personnes). Un don d’une valeur de 65 millions de francs CFA (100 000 euros), en adéquation avec les valeurs de la Fondation qui consacre une partie de son budget aux situations d’urgence dans les pays où le groupe est implanté. La solidarité n’a pas de prix.

Portrait réalisé par Nouara Bena.