Edyta Kolodziej,
courroie de transmission par nature

éducation - Pologne

edytaSingulier parcours que celui de cette coach, qui incarne la preuve par l’exemple. Il y a douze ans, les premiers pas professionnels d’Edyta Kolodziej la connectent d’emblée à Orange Polska, où elle rejoint le service client et son centre d’appels. Un tremplin pour cette diplômée en éducation physique, qui gravit les échelons comme on saute des haies. D’un troisième cycle en ressources humaines à une certification de coach professionnel, la voilà promue formatrice. Après avoir défini avec les managers les besoins de leurs équipes, elle organise ateliers de groupe comme sessions individuelles. En parallèle, elle enseigne son métier à des aspirants coachs. Ajoutez la naissance de deux enfants : c’est à se demander où elle trouve temps et énergie pour son engagement bénévole au sein d’Orange, tellement actif qu’il lui a valu un podium corporate.

"Mes interventions m’apportent tellement d’émotions positives"

« Au quotidien, être une mère, une femme et une professionnelle oblige à cumuler les rôles et leurs exigences respectives, explique cette battante, âgée de 35 ans. Bénévole, je redeviens Edyta Kolodziej. Mes interventions m’apportent tellement d’émotions positives que leurs bienfaits durent plusieurs jours.

Car ces moments, que je vis pleinement, m’appartiennent. » L’opportunité de cette réalisation lui est donnée fin 2005, quand la Fondation Orange de Pologne se lance avec le projet Devenez un Père Noël. « Le déclic a été immédiat quand j’ai imaginé, d’un côté, une fête familiale et joyeuse et, de l’autre, la souffrance et le désarroi des enfants hospitalisés. » Dans la foulée, elle rénove une chambre de soins de jour à l’hôpital de Ciechanow, où elle vit. Puis l’Année Chopin l’amène dans des classes primaires pour orchestrer des animations. Toujours dans le cadre de la Fondation, elle sollicite des subventions pour des projets dans son village, tournés vers les enfants.

Un public à l’opposé de sa cible professionnelle, qu’elle chérit et qui le lui rend bien. En témoignent les cours qu’elle donne dans des écoles depuis 2010, sensibilisant à la sécurité sur Internet. Les tables disposées en cercle, ces quarante-cinq minutes d’échange font oublier la sonnerie à son auditoire, au point que les enseignants lui demandent son secret ! « Bien sûr, nous discutons du danger à diffuser en ligne des données privées ou des messages malfaisants ; s’ils sont experts techniques, les enfants ne sont pas outillés pour appréhender la réalité de la cyber-violence. Mais mon enseignement leur apprend bien autre chose. Lors d’un travail en groupe, l’un deux a abandonné sa timidité pour se poser en leader. » Un souvenir ému, qui nourrit son jardin secret.

Portrait réalisé par Anne-Laure Murier