Entretien avec Raphaël Pichon, directeur artistique de l’ensemble Pygmalion

A l'occasion de la programmation d'Hippolyte et Aricie de Rameau au festival de Beaune, entretien avec Raphaël Pichon, directeur artistique de l’ensemble Pygmalion.

Emmanuelle Zoll : Comment avez-vous décidé de vous consacrer à la musique ?

Raphaël Pichon : Cette passion est venue progressivement. Je ne suis pas issu d’une famille de musiciens, mes parents sont simplement mélomanes. J’ai eu la chance de suivre à Versailles toute ma scolarité en horaires aménagés. Je suis ainsi entré dans la Maîtrise des Petits Chanteurs de Versailles, et si j’ai pu étudier au conservatoire la pratique du violon et du piano, le chant est toujours resté pour moi un domaine privilégié.

Un concert de la maîtrise a beaucoup compté pour moi : il s’agissait de la Passion selon St Jean de Bach, mon premier concert chanté à l’âge de 11 ans, et qui a constitué mon premier grand émoi musical. Jusque là, je n’étais pas trop attiré par la musique sacrée. L’expressivité de l’écriture vocale, des chœurs, a été une véritable révélation qui m’a fait découvrir Bach et a ensuite suscité mon engouement pour toute la musique allemande de Schütz à Buxtehude, et plus tard Brahms en passant par Mendelssohn.

EZ : Quelle est la spécificité de l’Ensemble Pygmalion  ?

RP : L’ensemble se compose à la fois d’un orchestre et d’un chœur. Nous essayons de bâtir nos programmes de façon progressive et cohérente : nous allons interpréter la saison prochaine cette Passion selon St Jean de Bach mais après avoir travaillé des cantates, puis des messes. Cette Passion arrive comme un aboutissement.

De même nous donnons cet été à Beaune Hippolyte et Aricie de Rameau  : c’est une œuvre que nous nous ne pouvions pas aborder de but en blanc. Il s’agit d’une musique très difficile qui exige des effectifs importants et une grande rigueur orchestrale. Bach était une très bonne façon de nous conduire à interpréter Rameau. Ils partagent de nombreux points communs : un discours musical écrit de manière très sophistiquée dont la résultante est une grande expression dramatique, au service du texte. Tous deux sont aussi de grands théoriciens de la musique dont la quête commune est la recherche de la plus grande émotion, aussi bien dans les larmes que dans la joie.

EZ : Vous allez présenter à Beaune une version inédite d’Hippolyte et Aricie ?

RP : A chacune de leurs reprises, Rameau a toujours corrigé et fait évoluer ses oeuvres lyriques, à la fois dans un souci de perfectionnisme et aussi pour répondre aux goûts très changeants de l’époque. Hippolyte et Aricie est son opéra le plus célèbre, grâce à son livret inspiré de Phèdre de Racine. Nous allons en donner la dernière version de 1757 qui vient d’être éditée par la société Jean Philippe Rameau. C’est une version épurée. Rameau a supprimé le prologue, il a coupé dans le divertissement et retravaillé les récitatifs. On aborde ainsi le drame et l’intrigue d’une manière beaucoup plus directe et concentrée.

EZ : Avec quels chanteurs aller-vous travailler ?

RP : Nous allons travailler avec des chanteurs fidèles à l’ensemble depuis le début comme Eugénie Warnier ou Gaëlle Arquez, et aussi avec des nouveaux venus afin d’avoir tous les types de voix nécessaires à l’œuvre.

EZ : Vous donnez des opéras en version concert. Envisagez-vous de passer un jour à des versions scéniques ?

RP : Oui, je l’espère beaucoup, mais comme pour le choix des œuvres, nous préférons avancer progressivement. L’interprétation en version concert est un travail exigeant qui nous demande de vraiment travailler le pouvoir expressif de la musique. Nous ne pouvons pas nous reposer sur les décors, les costumes et le visuel de la mise en scène. Si nous arrivons, uniquement par la musique, à éveiller et ouvrir l’imaginaire des spectateurs, alors la partie est gagnée.

 

Hippoyite et Aricie de Rameau :
Choeur et Orchestre Pygmalion. Cour des Hospices de Beaune, vendredi 13 juillet 2012 à 21 heures.

 

 

Partager cet article

 

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recherche