Pascale Chapuis, bénévole pour VA : "Je me sens utile"

Chez Orange, Pascale Chapui planifie l’intervention des techniciens sur le réseau. Depuis 2012, elle est également bénévole pour l’association Volontaires pour les personnes avec autisme (VA).

Comment es-tu devenue bénévole pour VA ?
J’étais intéressée par l’autisme. Je ne connaissais pas, mais j’étais attirée par sa complexité. J’ai contacté l’association Volontaires pour les personnes avec autisme (VA) par l’intermédiaire de Isabelle Matras (déléguée régionale VA). Au début, je voulais uniquement des informations. Ensuite, c’est allé très vite, Isabelle avait une famille en attente et cela c’est fait très rapidement. Heureusement parce que autrement, j’aurais eu peur.

En quoi consiste ce bénévolat ?
Je m’occupe d’un enfant un jeudi sur deux .C’est un petit garçon qui avait 3 ans quand j’ai commencé et qui en a 6 maintenant. Il est autiste et souffre également d’ une maladie rare. Ses troubles autistiques sont très sévères, il a des crises qui nécessitent de le maintenir. Au début, je venais pour m’occuper de lui, mais mon rôle est aussi de soulager la maman, surtout dans les actes du quotidien. Par exemple, la toilette et les repas doivent se faire à deux. Je n’ai pas encore la possibilité de faire beaucoup d’activité avec l’enfant. Heureusement, il fait des progrès même si le processus est lent et compliqué. L’autisme est l’école de la patience.

pascale chapuis volontaire pour les personnes avec autisme semaine solidarité

Pour toi quels sont les bénéfices de ce bénévolat ?
Je me sens utile, je prends plaisir à venir car je sens que la maman est contente. J’ai de bons rapports avec la famille qui est très présente. Je me suis attachée à l’enfant et à la famille. Je ne sais pas si mon action est utile auprès de l’enfant, c’est pour cela que le soutien de VA et de l’équipe régionale est importante, cela permet de répondre à mes interrogations. De plus, Sophie Kiszko, la psychologue de l’association, m’accompagne si besoin dans la famille.