Le label Alpha fête ses dix ans avec les Cris de Paris

En complément de l’article de Fanny sur la sortie du CD des Cris de Paris, voici la note du Poisson Rêveur

Belle initiative de la part du label Alpha que de fêter ses dix ans avec un disque qui apparaîtra comme un OVNI pour les amateurs de musique dite classique. En parlant d’OVNI on ne croit pas si bien dire avec une pochette de disque qui fait exception aux pochettes cartons d’Alpha qui, jusqu’à présent, mettaient plutôt en exergue des peintures de maîtres ne dépassant pas le XIXème siècle. Avec un boîtier en métal noir (couleur distinctive du label) épousant la forme du CD, on pourrait penser à une boîte de fins galets chocolatés de luxe (je prends mes désirs pour une réalité) ou... une boîte de cirage noir... L’éclatante Boule à paillettes disco de la couverture annonce vite la couleur.

J’ai à plusieurs reprises salué dans le blog la prise de risque et le flair de ce label, sortant des sentiers battus pour nous proposer souvent de belles découvertes. Pour ses dix ans, il a pris le pari d’éditer un disque singulier sous le nom d’ENCORES et qui regroupe dix huit chansons que nous avons tous entendues au moins une fois sur les radios depuis les trente (voire plus de quarante pour les Beatles) dernières années dont certaines, ne datent que de deux ans (ex : le tube "Hung Up" du groupe ABBA, judicieusement remixé pour Madonna). Toutes ces chansons sont interprétées par l’ensemble les Cris de Paris sous la direction de Geoffroy Jourdain. Elles ont déjà été produites plusieurs fois dans le cadre d’un spectacle monté par cet ensemble sous le nom de "La, la, la, opéra en chansons". La formule paraît simple mais est particulièrement difficile à exécuter. Le point de départ est la culture et la maîtrise impressionnante de l’écriture musicale de Geoffroy Jourdain lui permettant d’expérimenter des schémas harmoniques et rythmiques saisissants avec un ensemble de chanteurs de très bon niveau. Les adaptations sont signées David Colosio, Morgan Jourdain et Vincent Manac’h, compositeur que j’ai déjà évoqué dans le cadre de ma rencontre avec Raphaël Pichon.

Toutes les chansons sont interprétées a cappella et ce sont les chanteurs qui assurent les "bruitages", effets sonores en tous genres qui habillent la ligne mélodique et restituent chaque chanson avec une richesse impressionnante de couleurs et d’effets. On plonge lors dans une autre dimension, partant du monde de la pop et de la variété pour s’immiscer subrepticement dans un univers assez onirique. Les clins d’œil sont nombreux car Geoffroy Jourdain et son chœur (dont fait d’ailleurs partie le jeune chef Raphaël Pichon) forment une bande facétieuse qui cultive un art consommé du second degré.

J’ai pu découvrir, grâce à la 18e Nuit de la Voix organisée par la Fondation Orange, également le travail scénique accompagnant cette relecture de standards de la pop, de la soul ou de la variété.

Le disque présente donc un éventail de chansons assez large, démarrant avec Frank Zappa, pour terminer avec Jacques Dutronc.

Outre le fameux "Hung up", on notera les versions particulièrement réussies de "Cherchez le garçon", tube du groupe Taxi Girl, de "A day in the life" des Beatles, "The folks who live on the hill" de Peggy Lee, le surprenant "Womenizer" de Britney Spears, digne de Double Six en transe, ainsi qu’un hypnotique (et suggestif...) "Can’t get you out of my head" de Kylie Minogue.

Je vous propose d’écouter un extrait de ce dernier.

L’ensemble les Cris de Paris bénéficie du soutien de la Fondation Orange.

 

Partager cet article

 

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recherche