Los Musicos de Su Alteza propose une petite merveille du baroque espagnol

Le mardi 31 mars, en la Cathédrale Saint-Louis des Invalides, l’ensemble espagnol Los Musicos de Su Alteza interprète des extraits d’un opéra, Amor aumenta el valor, écrit par le compositeur aragonais José de Nebra. En réalité, de cette oeuvre n’a pu être exhumé que le premier acte, entièrement écrit par José de Nebra.

En introduction du concert, l’ensemble Los Musicos de Su Alteza interprète l’ouverture de l’opéra Narciso de Domenico Scarlatti. Ce choix est particulièrement judicieux puisque la filiation entre le maître de l’opéra italien du XVIIIème siècle et le compositeur espagnol est tout à fait évidente.

Les récitatifs et arias qui suivent, extraits de l’opéra Amor aumenta el valor, rappellent tout autant Scarlatti que Haendel dans sa période la plus italienne. Joutes de virtuosité entre la partie vocale et instrumentale, sensualité et luminosité des sonorités, vivacité et légèreté... Tous les ingrédients de la musique d’opéra italienne sont bien repris. José de Nebra, apporte toutefois la touche ibérique avec une basse continue qui s’agrémente d’une guitare, colorant de façon alors très spécifique le structure rythmique de l’œuvre.

L’ensemble Los Musicos de Su Alteza déploie des sonorités d’une finesse remarquable, avec un très beau sens des nuances. La direction musicale précise et alerte de Luis Antonio Gonzales révèle la grâce et l’élégance de cette composition. On aurait pu s’attendre à des sonorités plus sombres, à une certaine dureté, parfois caractéristiques distinctives de la musique espagnole. Ici ce n’est pas du tout le cas. A son âge d’or, cette écriture est au contraire enjouée, colorée, portée comme par une forme d’insouciance. C’est particulièrement notable, notamment, sur la Sinfonia.

Les deux solistes (Marta Almajano, soprano et José Pizarro, ténor) se sont très correctement déjoués des pièges de l’acoustique de la Cathédrale Saint-Louis des Invalides. Ils ont fait preuve d’un bon sens de l’articulation et se sont très bien intégrés avec l’ensemble instrumental, même si les efforts déployés pour assurer la portée de leurs voix dans cette nef imposante s’effectuaient parfois au détriment de la tenue de ces dernières.

Los Musicos de Su Alteza est un ensemble très attachant qui se distingue vraiment par la clarté, la limpidité de son jeu, avec une belle dynamique, un certain mordant, mais sans aucune agressivité. Les timbres sont soyeux et les phrasés d’une indéniable élégance.

Leur démarche musicologique est en outre, tout comme Gabriel Garrido, particulièrement originale et intéressante. Elle nous permet de découvrir une partie largement méconnue du répertoire baroque espagnol et qui recèle quelques joyaux.

A suivre attentivement.

 

Partager cet article

 

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recherche