"Nous venons tous d'une maison", une étude réalisée par le Samu Social au Mali sur les enfants de la rue

Le 16 décembre 2010, le Samusocial International et le Samusocial Mali ont restitué, à Bamako, une étude à propos des enfants et jeunes de la rue, menée depuis 2009 dans le cadre d’une recherche en psychosociologie.

« Nous venons tous d’une maison » est une étude qui s’intéresse au passé des enfants et jeunes de la rue pour mieux connaître le milieu de vie dont ils ont été exclus ou dont ils se sont exclus. Elle vise ainsi à contribuer à une réflexion commune des différents acteurs liés à l’aide aux enfants et jeunes de la rue, afin de mieux penser, ou repenser, les interventions en leur faveur.

De cette analyse de la vie avant la rue ressortent des histoires familiales tragiques, en particulier liées au décès du père provoquant un bouleversement des capacités familiales et des pratiques corrélatives de confiage précipité des enfants à d’autres membres familiaux qui n’en assument pas nécessairement la charge.

Chez les garçons, la dérive du système traditionnel du confiage à certaines écoles coraniques non contrôlées est aussi souvent reliée à ces bouleversements familiaux et projette l’enfant dans une vie privée de toute protection familiale, favorisant ainsi l’exploitation de leur mendicité.
L’exclusion familiale des jeunes filles relève, quant à elle, très souvent du déshonneur familial que la grossesse hors mariage provoque.
Les enfants et jeunes de la rue justifient majoritairement le départ de leur milieu de vie par des violences physiques ou verbales subies ; ils fuient pour se sauver. Ils arrivent en rue par défaut d’autres choix.

 

Si cette analyse plaide activement en faveur d’une meilleure prise en compte de leur état psychologique dans toute action d’aide et d’accompagnement à leur égard, elle entend également mobiliser les acteurs de la protection de l’enfance au Mali pour renforcer, en amont, les interventions directes auprès des familles. Envisager des mécanismes de protection et d’aide sociale des familles fragilisées par la disparition du chef de famille, renforcer les mécanismes de protection juridique et sociale des enfants victimes de violences intrafamiliales, incluant la mise en place d’actions spécifiques, de prévention, de protection et de médiation, pour les adolescentes rejetées en raison de leur grossesse. Développer des formes d’encadrement, juridique et/ou social, des pratiques de confiage des enfants que le système traditionnel ne parvient plus à contenir (pour la famille élargie et pour certains maîtres coraniques).

La conférence de restitution à Bamako a suscité beaucoup de réactions et permis des échanges riches entre les différents acteurs, qui devront être développés dans des cadres de concertation formalisés.

Le SamuSocial International et le SamuSocial Mali sont soutenus par la Fondation Orange.
Pour en savoir plus sur l’action du Samu Social au Mali, suivre le lien :

http://www.samu-social-international.com/pays.php?id=8

 

Partager cet article

 

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recherche