Philippe Evrard branche les cités

France - éducation

Jeudi, 18h30, cité des Platanes, Narbonne.
C’est là, avec cinq autres salariés et bénévoles d’Orange, que Philippe Evrard se rend toutes les semaines pour animer des ateliers informatiques destinés à la population gitane. Un volontariat que ce responsable d’une équipe d’experts sur les commandes et livraisons a débuté en avril 2012, avec Orange Solidarité Numérique (OSN) en partenariat avec l’association d’Aide morale à la population gitane (AMPG). Pendant une heure et demie, il prend plaisir à partager ses connaissances en toute simplicité : « La satisfaction d’être au service des autres me suffit », explique-t-il. Si Philippe a décidé de transmettre ses compétences c’est parce qu’il a conscience que tous n’ont pas eu la même chance que lui : « Nous, à France Télécom, c’est naturellement que nous avons commencé à utiliser Internet dans notre travail. » Alors, quand il entend parler d’OSN lors du « hello tour » organisé par Orange en 2011, il s’inscrit comme volontaire. L’envie le taraudait depuis un moment, mais par manque de temps ce père de trois filles de 14, 16 et 18 ans n’avait jamais franchi le pas.

Philippe apprécie particulièrement la souplesse du cadre que leur offre ce bénévolat. Là-bas, l’écoute règne sans sentiment de supériorité et les relations se nouent facilement. Il parle d’une expérience « enrichissante », lui permettant de découvrir une population souvent stigmatisée par la société et pour laquelle il a été rapidement pris d’affection. « Ils sont tous très attachants et chaleureux. Quand je ne vais pas les voir, il y a vraiment un manque », livre-t-il en parlant sans hésiter de « liens d’amitié ».

 

"Quand je ne vais pas les voir,
il y a vraiment un manque"

 

Et que ce manque soit aussi partagé par ses protégés le remplit de fierté : « Quand je suis parti en déplacement on m’a dit qu’ils demandaient où j’étais, quand je reviendrais… Ça m’a touché. » Fier aussi de voir son action porter ses fruits, notamment lorsqu’il se rappelle d’un jeune couple très investi qui a créé un site Internet à vocation professionnelle : « Ils continuaient de faire des améliorations de leur côté. Ça fait plaisir de les voir aussi motivés. » Malgré la bonne humeur, les séances commencent à s’essouffler aux Platanes et le partenariat avec l’AMPG a été suspendu. En attendant que les ateliers numériques reprennent avec l’AMPG de Narbonne, Philippe ne reste pas les bras croisés ! Il prend un nouvel engagement dans l’association Habitat et Humanisme de Béziers. Et toujours en 2013, lui et ses collègues sont à l’origine d’un partenariat d’un an entre OSN et l’association Jeunesse Razimbaud, un quartier réputé sensible de Narbonne.

Des jeunes aux moins jeunes, le numérique rompt l’isolement… si bien qu’aujourd’hui Philippe réconcilie aussi une trentaine de “ séniors ” avec le clavier dans de nouveaux ateliers numériques lancés en mai 2014 à Narbonne. Dans une entreprise citoyenne, on se doit d’accompagner tous ceux qui en ont le plus besoin.

Portrait réalisé par Magali Sennane.