Portraits de femmes Elena Malagodi, présidente de l'association Natangué Sénégal

Cette semaine, nous vous proposons le portrait d’Elena Malagodi, présidente de l’association Natangué Sénégal. Ancienne interprète pour de grandes organisations internationales telles que les Nations Unies, l’UNESCO, ou le BIT, elle organise aussi des expositions d’art moderne. C’est en 1992, après un voyage au Sénégal en tant que touriste, qu’elle s’est engagée dans l’action humanitaire.

« Au Sénégal, le taux d’analphabétisme est de 60% et un tiers de la population vit avec moins d’un euro par jour. La population est de religion musulmane, à 95% à peu près, et c’est un Islam tolérant, très respectueux des autres religions. »

« Les petits enfants sont les premières victimes de manque d’emploi, de logement et d’écoles. Ils sont aussi les premières victimes de cette précarité dans la ville. »

Depuis 10 ans, son association Natangué est implantée au Sénégal, à Mbour, à 80 kilomètres de Dakar.

« C’est avec une calèche que nous transportions au lycée de Mbour les élèves avec un handicap moteur. Nous continuons cette activité, nous la continuons à Mbour pour les élèves et à Dakar pour les étudiants et des gens qui sont en formation. »

Grâce à l’action de Natangué, plusieurs de ces élèves parviennent à prolonger leurs études et à être diplômés.

En 2006, constatant que ce quartier de Mbour manque d’infrastructure scolaire et que nombre de filles et jeunes femmes n’ont jamais été scolarisées, Elena Malagodi, avec son mari, Luigi di Giambernardino, élaborent le projet de construction d’une école maternelle municipale comprenant une salle polyvalente pour la formation des femmes.

« C’est pour faire quelque chose d’utile pour les tous petits enfants du quartier que nous avons voulu construire une école maternelle de 200 enfants. Cette école a été construite en 2008 sur un terrain municipal et a ouvert en octobre. La pérennité de l’école est garantie par le fait qu’elle fait partie de l’éducation nationale et à la ville de Mbour. »

« Les écoles maternelles au Sénégal sont toutes privées et très chères. Les enfants des familles démunies restent exclus de la phase la plus importante d’apprentissage du langage entre 3 et 6 ans. Les familles ne parlent pas français tandis que la langue officielle du pays est le français. L’école Natangué est presque gratuite. Notre pari était de donner une belle école à ce nouveau quartier, un centre de vie accueillant pour tous. »

En parallèle, Natangué mène une vaste action sociale : une visite médicale en début d’année pour le dépistage, la mise à disposition de médicaments - habituellement très chers au Sénégal -, la distribution des goûters protéinés tous les jours, 5 jours par semaine.
« En même temps que l’école maternelle, en 2008 nous avons construit grâce à la Fondation Orange. C’est un lieu de rencontres et de formation. Elle consiste en un atelier de couture, d’une salle polyvalente, d’une grande cuisine et aussi du bureau de notre directrice. Les activités des femmes sont multiples : alphabétisation, couture, transformation des produits alimentaires et des causeries sur tous les aspects de protection de l’enfance et de la femme enceinte. Pour générer des revenus, les femmes apprennent ici la gestion des projets, l’utilisation des micros crédits. »

Grâce au mécénat de nombreuses organisations, dont la Fondation Orange, « on a pu construire cette école élémentaire très vite. Maintenant, nous avons 350 enfants. A la rentrée d’octobre 2010 ils seront 400, 450 en 2011 et 500 en 2013. »

« Maintenant, nous avons un nouveau projet. En janvier 2010, nous avons commencé un projet d’agriculture biologique du GIE des femmes de Natangué. Le retour à l’agriculture est très encouragé au Sénégal, qui dépend de plus en plus d’importations de riz vendu à des prix exorbitants. Les femmes du quartier, presque toutes, viennent des villages et n’ont pas oublié les cultures traditionnelles. Nous les encourageons sur cette voie. »

« Je voudrais ce 8 mars fêter avec vous les merveilleuses femmes africaines qui sont la clé de la réussite de tous nos projets. »

« Avant de vous quitter, je vous montre encore les enfants de Natangué et je vous donne la traduction de Natangué : ça veut dire floraison, épanouissement, développement, tout cela en un seul mot. »

« L’Afrique géographiquement est près de nous, elle a besoin d’aide. On ne se trompe pas quand on aide l’éducation, quand on alphabétise les gens, et quand on s’occupe des femmes qui sont un pilier des familles. Faire quelque chose de ce genre, c’est une nouvelle vie, une chose merveilleuse pour moi. »

Pour en savoir plus :
Elena Malagodi - Présidente
Natangué Sénégal
18 rue Gay Lussac
75005 Paris.
E-mail : elenam@noos.fr

 

Partager cet article

 

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recherche