Salles obscures pour public hors du commun

Article rédigé par Frédérique Sauvée, Agence d’informations Reporters d’Espoirs

Accéder à la culture est un droit pour chaque individu, mais il n’est pas offert à tous. Au cinéma par exemple, les personnes handicapées sont les premières touchées par le manque d’infrastructures appropriées mais aussi bien souvent par l’intolérance du public.
Pour remédier à cette situation d’exclusion, Ciné ma différence organise des projections de films ouvertes à tous !

Intolérants s’abstenir !

Samedi 4 avril 2009, au cinéma d’art et essai le Dietrich, dans le centre de Poitiers. Des bénévoles aux gilets jaunes offrent collations et attention à un public bien particulier à l’entrée de la salle. Il s’agit de jeunes handicapés (autistes et handicapés mentaux) accompagnés de leur famille et de leurs amis, tous venus assister à la projection d’un nouveau dessin-animé programmée par Ciné ma différence. Le principe de ces séances est simple : que tout le monde profite du spectacle dans le respect de la différence des autres !

Première du genre à Poitiers, cette séance a été organisée par les bénévoles de l’association locale Alepa (Activités et loisirs éducatifs pour personnes avec autisme).
Six mois de préparation ont été nécessaires à cette nouvelle expérience, souligne Virginie Martin, la responsable de l’Alepa

Résultat : plus de 100 spectateurs dès le coup d’envoi ! Une belle réussite  ».

Soutenus par l’association-mère Ciné ma différence qui les aide à monter, animer et faire connaître les programmations, les bénévoles permettent ainsi de faire découvrir ou redécouvrir les plaisirs du 7e art à un public trop souvent exclu de ce loisir populaire.

Un loisir de privilégié ?
Parce que l’agencement de la salle est rarement adapté ou parce que les regards et les réflexions peuvent être désobligeants, beaucoup de personnes handicapées s’abstiennent d’aller dans les lieux de culture et de loisirs. Pourtant, « de simples adaptations d’aménagement et d’organisation suffisent à accueillir sereinement les spectateurs, explique Catherine Morhange, la présidente de Ciné ma différence. Lors de nos séances, la lumière est baissée très progressivement et le volume du son modéré.
L’équipe de Ciné ma différence est aussi présente aux côtés des spectateurs tout au long du film afin de répondre efficacement à leurs demandes. Chacun est enfin libre d’exprimer ses sentiments et même de se déplacer dans la salle, sans peur de gêner le reste du public.
En 2009, ce sont dix cinémas de villes différentes qui participent à ce dispositif.
Pour se faire connaître du monde associatif et du grand public, Ciné ma différence a pu compter sur le soutien de la Fondation Orange qui a financé des outils de communication (dvd de présentation entre autres). Depuis 2005, 6 500 spectateurs ont plébiscité l’initiative. Alors à quand une projection dans chaque salle de France ?

Contact catherine.morhange@cinemadifference.com
www.cinemadifference.com

La Fondation Orange confie à l’Agence d’informations Reporters d’Espoirs la rédaction d’articles sur des initiatives qu’elle soutient. Ces initiatives ont été validées selon les critères de la charte éditoriale Reporters d’Espoirs.

 

Actualité du - Santé - France

Partager cet article

 

1 commentaire

vendredi 21 août 2009 12:27 par fatou

Beaucoup d' actions sont faîtes en Afrique et participent à l' amélioration de la vie des populations tant sur les domaines de l' éducation que de la santé.Merci de donner le sourire à des gens qui en ont besoin.

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recherche