Sarah Toumi, prix spécial women for change

En Tunisie, une personne sur quatre vit sous le seuil de pauvreté avec moins de 2$ par jour. Le taux de chômage pour les femmes est de 30%, soit le double de celui des hommes.
Depuis plusieurs décennies les politiques de développement favorisent l’épanouissement des villes côtières, au détriment des zones rurales où ces statistiques sont doublées. Ce système perpétue des coutumes rétrogrades vis-à-vis des femmes et des jeunes filles.
C’est sur ces constats que l’association Ajmi Toumi a été créée en 2006 à Bir Salah ; l’association agit pour la création d’emplois, le développement d’activités culturelles et sportives, la protection de l’environnement, la solidarité et la coopération.

 

 

Les femmes n’étant pas assez prises en considération et leur quotidien étant encore difficile, une coopération des femmes de Bir Salah a été développée en supplément. De cette coopérative est né le projet Acacias pour tous en 2012 avec pour objectif de renforcer les capacités des femmes rurales grâce à un accès à l’emploi, une formation ou un micro-crédit mais également à l’aide d’une infrastructure sociale et sanitaire de qualité pour les femmes et leurs familles. Cette initiative renforce ainsi la solidarité entre femmes et le lien économique de la coopérative.
Pour ce faire, la coopérative a choisi de baser son action associative sur la production de gomme arabique ; ainsi, la Fondation Orange et Women for Change leur permettront d’acquérir 12 serres maraichères non chauffées qu’elles installeront sur le site de la pépinière d’ « Acacias pour tous », afin d’en tirer 35 à 40 tonnes de tomates, concombres, piments et melon à destination du marché local et 50 000 plants d’acacias par an.

Ainsi, ce sont 15 femmes qui seront employées à l’année, 18% de rentabilité aussitôt réinvestis dans le développement des activités de la coopérative, mais également un pas de plus pour la lutte contre la désertification avec la plantation de 50 000 acacias par an chez 5 000 femmes.
Cette organisation assurera un revenu annuel à la coopérative qui lui permettra de poursuivre ses investissements (dans la production de miel, légumes et vêtements équitable principalement) puis d’acquérir, petit à petit, une autonomie financière certaine.

Après avoir déjà lancé les premières phases du projet permettant d’offrir aux femmes une formation à un métier, l’éducation de leurs filles, l’accès à la santé, la lutte contre la discrimination et les violences ; il s’agit à présent d’offrir aux femmes rurales une place de pionnières pour la lutte contre la désertification et le développement économique de leurs régions.

 

Partager cet article

 

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recherche