Sébastien et Arthur, Asperger et épanouis dans leur travail

Sébastien et Arthur sont Asperger. Depuis plusieurs mois, ils travaillent au magasin associatif Witoa, à Toulouse. D’abord bénévole, Sébastien a ensuite été engagé en CDI. Arthur, lui, est en service civique. Ils racontent leur quotidien et les bénéfices de cette expérience.
 

Witoa Seabstien Arthur autisme Asperger intégration travail
Sébastien, au centre et Arthur, à droite, accompagnés par l’équipe du magasin.

 
Depuis combien de temps travaillez-vous dans ce magasin ? Quelles sont vos tâches ?

Sébastien : Depuis le début, fin novembre 2015, en tant que bénévole. L’ouverture a eu lieu le 5 décembre. Je participe à toutes les tâches au sein de la boutique : accueil des clients, vente, encaissement, commandes, gestion du stock, communication…
Arthur : J’effectue des précommandes et c’est Sébastien qui organise les commandes finales. J’anime des jeux un mercredi sur deux dans un centre culturel près du magasin. Je fais également du conseil auprès des clients, pour les orienter dans leur choix de jeu. Pour finir, je fais également un peu de vente.
 

Comment avez vous intégré le magasin ?

Sébastien : J’ai eu connaissance de ce projet via le groupe de loisirs pour Asperger de l’association Autisme 31 auquel je participe. J’ai ensuite fait la connaissance de Carine Mantoulan, la directrice de l’association InPACTS et du magasin.
Arthur : Carine Montaulan a eu l’idée de construire ce magasin pour aider les adultes avec autisme à s’insérer en lien avec l’association autiste 31. Comme je fais partie de cette association on m’a proposé une expérience au magasin. J’y travaille depuis le 5 décembre en service civique.
 

Comment s’est déroulée votre intégration ?

Sébastien : Très bien. Je me suis tout de suite senti à l’aise. Le fait de commencer comme bénévole, et d’avoir la possibilité de choisir le temps que je souhaitais y consacrer m’a permis de m’intégrer en douceur et sans stress dans ce projet, alors que l’entrée dans le monde du travail m’avait toujours angoissée. A Witoa, le rythme de la personne est respecté. J’ai rapidement souhaité consacrer plus de temps au magasin, et en septembre j’ai été recruté par l’association.
Arthur : Ici, j’ai été très bien intégré. On m’a mis à l’aise, on peut discuter. c’est différent de mes expériences précédentes. En cuisine, c’était strict, ici ça l’est moins.
 

Sébastien personne avec autisme asperger, salarié magasin witoa Toulouse

"A Witoa, le rythme de la personne est respecté"

-Sébastien

 

Que faisiez-vous avant d’intégrer le magasin ?

Sébastien : Je n’avais jamais occupé d’emploi, hormis de façon ponctuelle. Principalement à cause de cette angoisse liée aux changements, à la difficulté du milieu du travail à nous accepter avec nos spécificités. Tout cela est également lié à la méconnaissance de l’autisme sans déficience intellectuelle.
Par ailleurs, j’avais commencé à m’investir depuis quelques années sur la cause de l’autisme Asperger, et je participe aux groupes de travail en vue de la mise en place d’un projet global d’accompagnement des autistes sans déficience intellectuelle.

Arthur : J’ai commencé avec un CAP en cuisine collective. J’ai postulé dans des restaurants traditionnels mais on m’a conseillé de retourner en cuisine collective. Malheureusement, ce n’étaient que des postes courts, CDD ou remplacements. En parallèle, je suis dans l’association Autiste 31, qui organise des sorties avec des autistes Asperger.

 

La structure d’accueil et le travail vous permettent-ils d’être mieux intégré ?

Sébastien : Oui. Je me sens mieux intégré, du simple fait que je me sens utile au sein du magasin et afin de satisfaire les clients.
Arthur : Ici, le travail me plait et je suis bien intégré. Le magasin est une bonne chance, tout le monde a droit à sa chance.
 

Que cela vous a-t-il apporté d’être dans ce magasin, qui est une première à Toulouse ?

Sébastien : Etre dans ce magasin m’a permis de me rendre compte que j’étais capable de développer des compétences dans ce domaine nouveau pour moi, d’avoir une meilleure estime de moi. J’ai pu avoir des échanges enrichissants avec les clients et avec mes collègues.
Arthur : Je me sens plus épanoui que lors de mes expériences précédentes dans l’hôtellerie et la restauration. Un ami m’a dit que ça ne servait à rien de continuer dans le milieu de la cuisine. Pour que je sois épanoui, il fallait que je fasse autre chose. Ici, je me sens bien, je me sens mieux et je voudrais rester ici. Ce qui est marrant, c’est que quand j’étais petit, j’aimais beaucoup les jeux de société et aujourd’hui je travaille dans un magasin de jeux de société !

 

Partager cet article

 

1 commentaire

mardi 30 août 2016 14:28 par Catherine Ladevèze

Fière ! Encore un beau projet d'intégration de personne avec Autisme ! Sébastien semble à l'aise, et utile dans ce magasin associatif à Toulouse... Comme dirait Daniel Tammet : « L’important n’est pas de vivre comme les autres, mais parmi les autres ».

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recherche