Xavier Mantoy : "Je me considère comme privilégié"

Xavier Mantoy travaille au Orange Labs de Caen. Il aide également l’association Volontaires pour les personnes avec autisme (VA) en assistant les parents d’un enfant avec autisme depuis 3 ans.

Comment es-tu devenu bénévole pour VA ?
Marie-Françoise Sacré, délégué Mécénat et Solidarité de la Fondation pour la région Normandie-Centre, m’ a parlé de la possibilité d’être bénévole lors du précédente semaine de la solidarité.
J’étais très motivé, je voulais faire quelque chose. J’ai pris contact avec Sophie Kiszko, la psychologue de l’association et elle m’a expliqué ce qu’était l’autisme et le bénévolat à VA.
 
Avant ce contact je ne connaissais pas l’autisme. Je me considère comme privilégié : j’ai un travail, je suis en bonne santé, mes enfants sont grands. Il me paraissait important d’apporter mon aide et de donner de mon temps.

Xavier Mantoy Orange Labs semaine solidarité volontaires pour personnes avec autisme

En quoi consiste ton action auprès de VA ?
Je m’occupe depuis 2012 d’un enfant autiste qui a 14 ans maintenant.
Je vais le voir 3 fois par semaines. Le lundi soir et le samedi matin pour des promenades, du bricolage ou faire des courses, et le mardi soir. Je fais les activités qu’il peut réaliser, c’est un enfant autiste sévère. Il ne parle pas ou très peu, il a des gestes impulsifs.

Pour toi, quels sont les bénéfices de ce bénévolat ?
Les bénéfices sont grands pour moi et la famille. Pour elle, c’est quasiment indispensable. La maman est seule et ma présence lui permet de faire des choses qu’elle ne pourrait pas faire, ou difficilement (courses, médecin, coiffeur). Cela lui permet également de souffler, de parler. De même pour l’enfant, je peux m’occuper de lui, sans sa mère, et lui faire des exercices physiques que son IME ne peut pas lui offrir.
De mon côté, j’ai vraiment plaisir à le retrouver, à voir ses progrès en motricité. Il commence également à dire quelque mots. Il me reconnait, sa façon de me réclamer est : « ILEHOU ? ». Il réussit également à exprimer ses sentiments : signes d’affection, de gaîté (je perçois son rire et son sourire), de mécontentement ou de frustration. Il ne frappe presque plus sa tête. Il est très attachant.

As-tu d’autres engagements ?
Je suis aussi investi pour la semaine de la Solidarité avec l’association Autisme Basse-Normandie : j’organise la Journée Festive pour les familles au Zoo de Jurques (Calvados), grâce à la Fondation Orange, qui a retenu mon projet. Les familles avec autisme seront accompagnées par des bénévoles Orange. C’est beaucoup d’investissement pour préparer cette journée. Mais c’est important pour les familles car c’est difficile de sortir de la maison. La vie est épuisante pour les familles. J’ai eu d’autres engagements par le passé, dans des associations sportives ou de parents d’élèves, ou encore au travail pour le comité d’entreprise.