Accès aux nouvelles technologies dans 7 internats pour enfants handicapés

Depuis le lancement du projet, des salles d’informatique ont été créées dans trois pensionnats pour enfants malentendants et un autre pour handicapés moteurs dans les districts de Cahul, Calarasi, Chisinau et Laloveni. Cette année, quatre nouvelles classes vont ouvrir à Balti, Hancesti et Chisinau.
Les écoles qui possèdent ou vont être équipées d’une classe d’informatique mettent à disposition une salle au sein de l’établissement. Cet espace est ensuite rénové, meublé et équipé avec des ordinateurs. Chaque salle d’informatique est connectée à internet.

Aujourd’hui, ce sont 80 enfants sourds ou malentendants du district de Chisinau, soit onze classes, qui bénéficient du programme, au sein de leur établissement.
L’objectif est de renforcer la capacité à s’exprimer et à lire sur les lèvres de ces jeunes âgés de 7 à 19 ans.
Le programme a démarré doucement, les enfants étant au départ très intimidés, puis il a connu un succès grandissant, au point que, selon Olga Apostol, directrice de l’internat pour sourds et malentendants de Chisinau, « le cours d’informatique est devenu le préféré des enfants ».

témoignage

« L’ordinateur m’a aidé à surmonter mes problèmes de communication » Pour beaucoup d’enfants dans le monde, l’ordinateur et l’accès à Internet font partie du quotidien. Ce n’est pas le cas en Moldavie, où de nombreux jeunes n’ont quasiment jamais approché un ordinateur. Surtout quand ils grandissent au sein d’institutions spécialisées réservées aux enfants souffrant de handicaps physiques ou sensoriels. Ion, un jeune adolescent moldave de 16 ans, étudie au pensionnat pour les sourds et malentendants de Cahul. Ce n’est qu’en 2008 qu’il a découvert l’univers de l’informa- tique…Très impressionné la première fois qu’il s’est assis devant une machine, il n’a même pas osé la toucher de peur de l’abîmer ! Petit à petit, au fil des cours, le professeur lui a montré, ainsi qu’à ses camarades, comment se servir d’un ordinateur et les formidables opportunités qu’il leur offrait. Aujourd’hui, Ion navigue avec aisance sur la toile et utilise des programmes simples pour travailler. Un apprentissage qui l’a bien aidé à surmonter les problèmes de communication qu’il rencontrait deux ans auparavant.