des salariés Orange partagent leur visite des projets d’UNICEF, Aide & Action, CARE et La Croix Rouge en Haïti – 1ère journée

Le 12 janvier 2010, la République d’Haïti est dévastée par un séisme. Afin de prendre part à la solidarité mondiale qui s’organise rapidement, le Groupe France Télécom Orange décide de se mobiliser pour venir en aide aux sinistrés par une série de mesures dont un appel aux dons lancé par la Fondation Orange auprès des salariés pour soutenir les projets d’éducation en partenariat avec l’UNICEF, une opération de collecte de dons par SMS, menée par Orange Caraïbe qui a permis de financer des projets de CARE et de La Croix Rouge, et même une « brocante du cœur » organisée par des équipes pour soutenir le projet de reconstruction d’écoles de l’association Aide & Action.

Comment ces fonds ont-ils été réellement utilisés sur le terrain, en Haïti ? Quatre salariés du Groupe (3 de métropole choisis parmi les donateurs UNICEF et 1 des Caraïbes), accompagnés d’un membre de l’équipe de la Fondation, se sont rendus sur place les 26, 27 et 28 septembre 2011, afin de témoigner auprès de l’ensemble des salariés des actions mises en œuvre par nos partenaires en faveur des victimes du séisme. Voici leur récit :

Lundi26 septembre 2011 :

L’UNICEF nous accueille sur la base logistique de l’ONU près de l’aéroport de Port au Prince : Mariana Palavra, responsable communication nous présente les actions, notamment sur le plan de l’éducation et de l’aide à l’enfance.

Seuls 52 % des enfants vont à l’école en Haïti. les autres sont privés d’éducation pour des raisons économiques. Aujourd’hui 80% des écoles en Haïti sont privées et seulement 20 % publiques. Les conditions sur le terrain sont souvent difficiles, malgré l’arrivée du nouveau Président Michel Martelly le14 mai dernier, le gouvernement reste sans premier ministre, les manifestations entravent le travail des ONG au quotidien, l’absence de gouvernement bloque les projets.

Puis, Nathalie Hamoudi, petite femme pétillante et dynamique, responsable du programme Éducation de l’UNICEF en Haïti rentre plus dans le détail des projets. En résumé, la stratégie de l’UNICEF se décompose en 3 phases :
- La phase 1 : gestion de l’urgence, le déblaiement - de janvier à juin 2010 - pendant laquelle la priorité était de donner des tentes, d’assainir l’eau, de mener des campagnes de vaccination, de soutenir le million et demi d’haïtiens vivant dans les camps de déplacés à Port à Prince et en province.
- La phase 2 : préparation de la rentrée des classes d’avril 2010 et ensuite de la grande rentrée d’octobre 2010. L’UNICEF a appuyé 600 écoles en fournissant des kits scolaires à 385 000 enfants, en dispensant des formations sur la prise en charge des risques psychosociaux à plus de 15 000 enseignants.

En parallèle, l’UNICEF a reconstruit 200 écoles semi-permanents en dur (sur les 4000 écoles détruites lors su séisme), soit un investissement de plus de 20 millions de dollars. Priorité était également donnée à la prévention : de la prostitution des enfants, des gestes qui sauvent en cas de séisme ou de cyclone, des règles de base d’hygiène pour enrayer l’épidémie de choléra de novembre 2010.

- La phase 3 : Des écoles publiques seront implantées dans des zones reculées ne bénéficiant pas de système scolaire et qui permettra de scolariser plus d’enfants. 1 enfant sur 2 est en effet déscolarisé en Haïti pour un taux d’illettrisme de 52% chez les moins de 18 ans.
Marie-Ginette Mathurin, ingénieur et responsable du programme UNICEF de construction des écoles, nous explique le concept « d’école complète » : les matériaux utilisés permettront aux enfants à la fois d’étudier dans des conditions descentes mais également de respecter l’environnement et les normes anticycloniques et séismiques.

http://www.unicef.org/french/emerg/haiti_57386.html

Nous avons ensuite visité 2 écoles, l’institution Nouvelle Source dirigée d’une main de fer par Madame Janice Régis et l’École Vision Nouvelle par Madame Micheline Philippe-Auguste Adolphe.
Dans la cour, les enfants nous entourent et nous observent et on est frappé par leur sourire, leurs yeux plein d’espoir, les couleurs, les rires, les chants. Le constat est toujours le même, la reconstruction semi-permanent en dur n’aurait jamais pu se faire si vite sans l’aide de l’UNICEF et de ses donateurs, les enfants n’ont donc pas eu à subir une rupture de scolarité trop longue.

Nous terminons notre journée par la visite d’un « espace amis des enfants », proposant aux enfants de la communauté des activités diverses encadrées par des animateurs formés (crochet, football, dessin, chant…), pour ne pas les laisser inoccupés hors du temps scolaire. Une journée riche en échanges, chargée de messages d’espoir et d’optimisme.

Heïdi Rathery, conseiller Orange Avenirs mobilité-recrutement à Noisy-le-Grand et Damien Collignon, chargé d’assistance au Centre Services Entreprises Sud à Montpellier.

 

Partager cet article

 

2 commentaires

lundi 31 octobre 2011 13:03 par yannick

sympa , original, courageux, altruiste, ... une excellente initiative d'une entreprise multinationale et multiculturelle.

mercredi 2 novembre 2011 11:33 par yannick

sympa, original, courageux, altruiste, ... un joli projet pour la société worldwide et multiculturelle qu'est Orange. en espérant qu'un souvenir radieu restera aussi bien aux visiteurs qu'aux visités :-)

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recherche