l'Or noir de Jean-Jacques Annaud en audiodescription

or noir, déc. 2011La Fondation Orange et l’Association Valentin Haüy (AVH) ont organisé une projection privée avec audiodescription* de "Or Noir" de Jean-Jacques Annaud le 5 décembre dernier au Cinéma UGC Gobelins de Paris.
Cette initiative a été vivement appréciée des quelques 120 personnes malvoyantes et aveugles qui ont pu venir à la soirée, quelques fois accompagnées de leurs chiens guides.

Grâce à cette projection, elles ont pu découvrir la nouvelle saga de Jean-Jacques Annaud, à seulement quelques jours suivants sa sortie officielle en salles.
A l’issue du film et après les applaudissements de la salle, les organisateurs et toute l’équipe d’audiodescription sont restés pour répondre aux questions des spectateurs et des journalistes.

L’engagement de la Fondation Orange pour le développement de l’audio l’audiodescription du cinéma :

L’audiodescription ou audiovision est un procédé qui décrit les éléments visuels d’une oeuvre grâce à un texte en voix-off pour la rendre accessibles aux personnes non-voyantes ou malvoyantes. La voix de la description est placée entre les dialogues ou les éléments sonores importants afin de ne pas nuire à l’oeuvre originale. Pour la projection du film, la personne aveugle ou malvoyante est équipée d’un casque sans fil lui permettant de suivre le film en toute autonomie.
En 2011, la Fondation décide de privilégier l’accessibilité au 7ème art qui s’adresse à un public plus large que le théâtre ou l’opéra, la salle de cinéma étant un lieu privilégié de culture pour tous. Elle soutient en mars/avril dernier le festival Audiovision de l’AVH sur toute la France et s’engage à financer l’audiodescription par l’Association Valentin Haüy, d’une vingtaine de films de cinéma importants dont la sortie en salles est programmée en 2011 ou 2012.
Le constat est que très peu de films sortent avec audiodescription : sur 500 films qui sortent chaque année en France, seulement une vingtaine est audiodécrite pour le cinéma , contre une centaine en Angleterre. De plus, la version audiodécrite n’est guère proposée en salles mais seulement disponible en DVD.

La démarche et le procédé d’audiodescription sont encore peu connus des producteurs et des réalisateurs et donc non intégré lors de la réalisation du Master numérique du film, ni répercuté sur les copies numériques, appelées DCP, diffusées ensuite aux exploitants des salles de cinéma.

Devant les difficultés signalées par l’Association Valentin Haüy pour pénétrer le monde du cinéma et obtenir l’accord des producteurs et réalisateurs, la Fondation se rapproche de la filiale du groupe Orange ,Studio 37 pour que les films à budget importants coproduits ou cofinancés par Studio 37 obtiennent l’accord des producteurs et réalisateurs pour être audiodécrits par l’AVH et ce le plus en amont possible du processus de mastérisation .

C’est ainsi que l’AVH a pu audiodécrire cette année :

« La Permission de minuit » de Delphine Glaize

« Je n’ai rien oublié » de Bruno Chiche

« Chez Gino » de Samuel Benchetrit

« The Artist » de Michel Hazanavicius

« La nouvelle guerre des boutons » de Christophe Barratier

« L’Or Noir » de Jean Jacques Annaud

Hors Studio 37, la Fondation a soutenu également l’audiodescription par l’AVH des films suivants :

« Le discours d’un roi » de Tom Hooper

« La guerre est déclarée » de Valérie Donzelli

En 2012, l’audiodescription de films coproduits par Studio 37 est d’ores et déjà programmée avec notamment "Star des années 80" de Frédéric Forrestier (La Petite Reine) et "Les tribulations d’une caissière" de Pierre Rambaldi (Big World / Nexus Factory).

 

Partager cet article

 

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recherche