la Fondation Orange et Planet Finances vont former au numérique des femmes entrepreneuses du Cameroun

« J’ai vraiment vécu une expérience inoubliable ! Depuis mon retour je suis présent physiquement à Lyon, mais mon esprit est resté encore un peu au Cameroun » Christian Pacary est responsable chez Orange, à Lyon, d’une équipe en charge du déverrouillage de cartes SIM. Il s’est rendu au mois d’octobre une semaine à Yaoundé, dans le cadre d’un mécénat de compétences. Il a participé à la formation des futurs formateurs de femmes entrepreneuses. L’enseignement allait de la maîtrise des logiciels de bureautique, en passant par la navigation sur l’internet, jusqu’à l’étude des techniques de formation des adultes.

80% de la population mondiale n’a pas accès à un compte bancaire.

Les institutions de micro-finance peuvent proposer un ensemble de solutions adaptées aux personnes qui se retrouvent exclues du système financier classique. Le microcrédit, qui peut permettre à un individu d’emprunter pour créer son entreprise ou pour développer une activité déjà existante, est certainement la prestation la plus connu parmi celles offertes à la population.

Planet Finances, soutenue depuis 2002 par la Fondation Orange cherche à répondre à l’ensemble des besoins des bénéficiaires en leur fournissant en plus toute une gamme de services, tels que des assurances, un accompagnement de projets ou de la formation. C’est dans dans cet esprit que la Fondation soutient en collaboration avec Planet Finance un projet destiné à des femmes du Cameroun : l’objectif du projet est de renforcer l’autonomie financière des femmes entrepreneures à travers l’augmentation et la stabilité des revenus tirés de leurs activités économiques. Il s’agit de leur proposer des outils de gestion et de développement de leurs activités économiques.
« Nous avons travaillé auprès de dix jeunes formateurs camerounais qui travaillent pour des ONG locales qui sont en relation avec une pépinière d’entrepreneurs à Yaoundé. Nous avons approfondi la connaissance de certains logiciels de bureautique, mais l’essentiel de la formation s’est surtout centré sur les façons de transmettre des connaissances à un groupe d’adultes. » souligne Christian Pacary.

Les stagiaires se sont ainsi confrontés aux exposés en binômes, aux mises en situations, aux jeux de rôles ou encore à l’auto-évaluation. Ils ont appris à s’exprimer devant un public et à animer un groupe. Après d’autres modules d’enseignement complémentaires, ils devraient commencer leur activité de formateurs d’ici deux mois. « Les actions menées par la Fondation Orange correspondent à mes valeurs. J’ai toujours aimé transmettre et enseigner. Je fais déjà partie d’un atelier de solidarité numérique à Lyon. Partir à l’étranger correspondait un peu à une suite logique » Christian Pacary est le premier salarié d’Orange à partir ainsi à l’étranger dans le cadre d’un mécénat de compétence, c’est-à-dire sur son temps de travail. Il inaugurait cette nouvelle formule d’engagement. S’il est intarissable sur sa mission, la découverte du pays, les échanges inoubliables avec les personnes rencontrées au Cameroun, il modère toutefois un enthousiasme qui se révèlerait trop candide : « Une mission comme celle-ci, ça n’est quand même pas toujours une partie de plaisir ! Il faut savoir réagir aux imprévus, s’adapter au terrain, être débrouillard. S’ouvrir aux autres, aller au-devant eux est une qualité essentielle. » Les stagiaires formés ne s’y sont pas trompés puisqu’avant son départ, ils ont offert à Christian un T Shirt « Fan des lions du Cameroun ».

 

 

Partager cet article

 

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recherche