Lutte contre l’analphabétisme

Le groupe France Télécom Orange est présent dans le pays par le biais de la filiale Orange Madagascar. Celle-ci a commencé à mettre en place des actions de mécénat il y a cinq ans. En se concentrant essentiellement sur l’éducation, et notamment la prise en charge sanitaire et éducative des enfants des rues, la construction et l’aménagement d’écoles ainsi que la formation d’enseignants. Fin 2008, le projet de création de la Fondation Orange Madagascar a été lancé, il n’a finalement pu être réalisé du fait du contexte sociopolitique difficile. Malgré cela, en 2009 et 2010, la Fondation Orange et Orange Madagascar se sont mobilisés pour apporter leur soutien à de nombreux projets.

Enjeux et objectifs

Les régions d’Ambositra et de Fianarantsoa, situées au centre de Madagascar, figurent parmi les plus pauvres de la Grande Ile. Selon une étude de la Banque Mondiale, 87% de la population y vit en dessous du seuil de pauvreté. Bon nombre d’enfants ne sont pas scolarisés ou connaissent une scolarisation irrégulière en raison de la malnutrition, des maladies et du manque de sensibilisation des parents. Or, l’éducation joue un rôle déterminant pour rompre le cercle vicieux de la pauvreté et se révèle indispensable à tout processus de développement durable.
La Fondation Orange a choisi d’apporter son soutien à l’association Vozama, qui a fait de la lutte contre l’analphabétisme son cheval de bataille. L’ONG, créée à Madagascar en 1998, travaille activement pour promouvoir l’éducation dans les zones enclavées du pays. Son programme se décline selon trois niveaux d’action : l’enfant, ses parents et son environnement.

Partenaire :

l’Association Vozama

Actions mises en oeuvre

Former les parties prenantes
Le programme d’alphabétisation repose sur un réseau de 700 classes d’alphabétisation qui peuvent accueillir jusqu’à 10 000 enfants par an. L’objectif est que chacun d’entre eux sache lire et écrire au bout de 2 ans. Refusant de faire de l’assistanat, l’association recrute les enseignantes dans les villages, les forme et les suit une fois par mois afin qu’elles prennent elles-mêmes en charge les élèves.

Les familles sont accompagnées dans leurs démarches administratives pour déclarer leur enfant à l’état civil. Cette existence légale est un premier pas vers la scolarisation.

Résultats

  • 11366 enfants sont pris en charge dans 722 classes d'alphabétisation,
  • 575 enseignantes ont été formées pour éduquer les écoliers,
  • En 2010, 9500 familles ont participé aux 240 sessions de formations organisées sur les thèmes de l’agriculture, la santé, l’éducation.