Coups de coeur Ô Féminin

Coups de coeur Ô Féminin

Elles ont un rêve, nous croyons en elles !

Elles veulent s’en sortir. Et nous croyons en la capacité des femmes à réussir si on leur en donne les moyens. C’est pourquoi, depuis plusieurs années, nous agissons pour les femmes en difficulté, nous les formons et les aidons à avoir une vie meilleure. Nous avons eu un coup de cœur pour 15 d’entre elles, pour leur courage et leur envie d’avancer. Elles vivent en France, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, à Madagascar et en Tunisie. Elles bénéficient d’une bourse pour poursuivre leur projet d’insertion et réaliser leur rêve. Découvrez-les !

 
  • "Etre plus autonome !"

    Christina, bénéficiaire : "Etre plus autonome !"

    Christina a pu suivre ses cours de code. Elle va passer l’épreuve très prochainement et vient de s’inscrire aux cours de conduite sur voiture à boîte automatique. Christina a également trouvé un emploi à temps partiel à la ville de Nexon dans l’entretien de l’école et du gymnase. C’est une première étape pour une femme qui n’a plus travaillé depuis longtemps. Prochaine étape : le permis de conduire lui donnera la mobilité nécessaire à d’autres emplois…

    Découvrez son histoire

     

     

  • "Devenir ingénieur, c’est un rêve de gosse"

    Chantal 

intervenante à la Maison Digitale de Narbonne : "Devenir ingénieur, c'est un rêve de gosse"

    Chantal va tenter une nouvelle fois d’obtenir son permis de conduire
    Quand Chantal aura obtenu son permis de conduire, nous financerons l’achat de son véhicule auprès de l’association Les Autos du Cœur. Ainsi, Chantal aura plus de possibilités d’accéder à des emplois et des démarches dans sa région.

    Découvrez son histoire

     

     

  • "Ouvrir mon restaurant !"

    Yvette, bénéficiaire de la Maison Digitale de Bertoua : "Ouvrir mon restaurant !"

    De bonnes nouvelles du restaurant d’Yvette au Cameroun
    Nous avons aidé Yvette à monter le budget de son petit restaurant à Bertoua dans l’Est du Cameroun. La Fondation Orange du Cameroun lui a également fait suivre une formation en restauration et arts culinaires. Elle réalise actuellement les démarches administratives pour ouvrir son restaurant tout en terminant le travail de sélection du lieu idéal pour l’implanter.

    Découvrez son histoire

     

     

  • "Mon rêve, ouvrir un café-librairie !"

    Marianne, bénéficiaire à la Maison Digitale de Marck : "Mon rêve, ouvrir un café-librairie !"

    Octobre 2017 : Marianne, son bar à livres ouvrira en 2018 !
    Avec notre soutien, Marianne a déjà franchi plusieurs étapes déterminantes dans la réussite de son projet professionnel : formation à l’entreprenariat & inscription à la formation « Préparation Installation » en novembre, devis pour les livres et les outils numériques, achat d’une voiture pour faciliter ses déplacements…
    Une réduction dégressive de son loyer et un remboursement de 10 000 euros des travaux du local sont accordées par la ville de Calais. L’ouverture au public est prévue en 2018 !

    Découvrez son histoire

     

     

  • "Je veux ouvrir une pâtisserie !"

    Ruth, bénéficiaire de la Maison Digitale de la Riviera 2 (Abidjan) : "Je veux ouvrir une pâtisserie !"

    Octobre 2017 : Ruth future pâtissière bourrée de talent
    Ruth a démarré sa pâtisserie dans un garage ! Formée à l’entrepreunariat dans la Maison Digitale, accompagnée d’un coach et aidée financièrement par notre Coup de Cœur, elle va aujourd’hui franchir une étape importante : après avoir finalisé son business plan ainsi que les étapes bancaires et juridique de son projet, Ruth peut maintenant professionnaliser son activité et son local. Elle va pouvoir développer sa clientèle et même recruter 2 employés.

    Découvrez son histoire

     

     

  • "Devenir développeuse logiciel"

    Emma,

bénéficiaire de la Maison Digitale de Paris : "La bourse va m’aider à financer une formation pour devenir développeuse logiciel"

    Octobre 2017 : Emma a bénéficié d’une formation de « Developpeur Logiciel » de 5 mois dans une classe de 13 élèves, où elle se trouve être la plus jeune étudiante. La formation, normalement dispensée sur 2 ans, est très soutenue. Mais Emma reste motivée, elle s’accroche, travaille tous les week-ends, parfois la nuit.
    A l’issue de sa formation, Orange proposera un stage à Emma pour appréhender les différents outils et automates, puis réaliser certains développements.

    Découvrez son histoire

     

     

  • "Etre autonome, me former et travailler !"

    Brigitte, bénéficiaire de la Maison Digitale du Lavandou : "Etre autonome, me former et travailler !"

    Septembre 2017 : Brigitte se met à niveau pour sa prochaine formation.
    Brigitte suit des cours de français pour apprendre à lire et écrire correctement, base indispensable à l’emploi qui l’attend dans la restauration collective à Bormes. Nous lui avons permis d’acquérir une voiture pour sa formation (une initiation à l’informatique et une formation d’agent polyvalent en collectivité) et son futur emploi.

    Découvrez son histoire

     

     

  • "Obtenir mon permis pour être autonome !"

    Soumia, en formation pour aider des personnes âgées : "Obtenir mon permis pour être autonome !"

    Septembre 2017 : Soumia gagne en autonomie… et retrouve le moral.
    Sa formation est encore en cours et elle est déjà en contrat avec l’ASSAD (agence de services d’aide à domicile) de Loches.
    Prochaine étape pour Soumia : passer son permis de conduire.

    Découvrez son histoire

     

     

  • Fatima avance dans sa formation, elle a toujours la pêche !

    Fatima 

Maison Digitale de Lorient : "Je veux ouvrir une crèche à Madagascar"

    Août 2017 : Fatima a passé une année à travailler avec l’équipe d’Optimomes (crèches solidaires) et à se préparer aux examens d’entrée du CAP petite enfance et de la formation d’Auxiliaire de Puériculture. Prochaine étape : son intégration en formation qualifiante… et toujours la perspective d’ouvrir sa crèche à Madagascar !

    Découvrez son histoire

     

     

  • "Cuisine et solidarité !"

    Françoise, bénéficiaire de la Maison Digitale de Pointe-à-Pitre : "Cuisine et solidarité !"

    Je m’appelle Françoise, j’ai 53 ans. Je suis née et j’ai grandi sur l’île de la Réunion. Aujourd’hui, j’habite à Sainte-Rose avec mon mari, une petite commune au Nord-Ouest de Pointe–à-Pitre.

    Découvrez mon histoire

     

     

  • "Ouvrir une recyclerie !"

    Patricia, bénéficiaire du FabLab Solidaire Kelle Fabrik : Patricia : "Je veux ouvrir une recyclerie !"

    Je m’appelle Patricia, j’ai 50 ans. J’ai grandi à Nantes et je suis installée à Dijon après avoir suivi mon mari pour des raisons professionnelles. Aujourd’hui, nous avons divorcé et nous partageons la garde de nos 4 enfants. Ma situation est difficile car je suis sans emploi et bientôt en fin de droits.

    Découvrez mon histoire

     

     

  • "Mon rêve ? Monter mon atelier de couture !"

    Yvette, couturière numérique et solidaire : "Mon rêve ? Monter mon atelier de couture !"

    Je m’appelle Yvette, j’ai 52 ans. Je travaille en tant que couturière indépendante à Saint-Denis de la Réunion. Avec mon mari, nous avons deux enfants, dont un lourdement handicapé après avoir contracté une maladie nosocomiale à la maternité. Depuis ce moment, nous nous battons pour améliorer son confort de vie.

    Découvrez mon histoire

     

     

  • "Je veux aider ma fille !"

    Aina, bénéficiaire d'une Maison Digitale à Madagascar : "Je veux aider ma fille !"

    Je m’appelle Aina et j’ai 35 ans. Je vis depuis mon enfance à Madgascar avec ma mère, et je n’ai jamais connu mon père. Après avoir mené des études, j’ai obtenu un baccalauréat mais ma situation professionnelle reste très instable. En parallèle, ma vie est aussi très difficile. J’ai été mariée à un homme qui m’a abandonnée, il y a 13 ans, après avoir découvert que notre fille souffrait d’un handicap de croissance.

    Découvrez mon histoire

     

     

  • "Aider les femmes de ma région"

    Ikram, responsable de l’association Conseil International des femmes Entrepreneurs à Zaghouan : "Aider les femmes de ma région"

    Je m’appelle Ikram, j’ai 34 ans. Je suis née au nord de la Tunisie, à Zaghouan. J’y ai passé mon enfance et mon adolescence et aujourd’hui, j’y vis toujours avec ma famille. Les femmes ici vivent principalement de la pâtisserie artisanale, et de la vente de « Kaak warka », un gâteau qui fait la renommée de la région.

    Découvrez mon histoire

     

     

  • "Je souhaite plus que tout vivre de ma passion"

    Véronique, fondatrice de Handistraction : "Je souhaite plus que tout vivre de ma passion"

    Je m’appelle Véronique, j’ai 46 ans.
    Pendant plus de 25 ans, j’ai été éducatrice spécialisée auprès de populations handicapées à Lyon. Pendant ces années d’expériences, je me suis aperçue qu’il était difficile de faire des loisirs lorsque l’on est handicapé.

    Découvrez mon histoire