Egypte : le programme d’insertion professionnelle de Mobinil avance à grands pas

DAESN apprentissage de l'anglaisEn ce jour de la Saint Valentin nous rendons visite à DAESN (« Development Association for Empowering Special Needs ») pour découvrir les formations qui préparent des jeunes malvoyants égyptiens à intégrer le monde du travail.

Créée en 2008, cette association égyptienne vise à améliorer la qualité de vie des personnes avec déficience visuelle. Elle compte parmi les cinq organisations non-gouvernementales sélectionnées par Mobinil, filiale du groupe France Télécom-Orange dans le cadre du nouveau programme de formation et d’emploi « pour 200 000 mains » (100 000 personnes) lancé en août 2011.

Près du métro, dans le quartier El Zeitoun du Caire, le bureau de DAESN est situé dans un immeuble vétuste qui ressemble à tant d’autres au Caire. Plusieurs personnes cuisinent dans un local à côté de l’entrée. En face, un gardien nous indique le chemin.

Au 1er étage, nous sommes accueillis chaleureusement par Lily Attallah, la directrice de DAESN et par son équipe. Rapidement nous nous trouvons dans la pièce principale où nous assistons à un cours sur le droit du travail dispensé par un avocat à 15 jeunes malvoyants, garçons et filles. Cinq d’entre eux suivent la formation à distance via le logiciel Skype. Les conversations sont très animées !

 

DAESN Cours sur le droit du travailLa responsable des ressources humaines de l’association, une jeune femme malvoyante elle aussi, nous explique comment s’organise le recrutement des jeunes en formation. Le responsable administratif nous présente tous les outils de suivi des activités.

Lily nous conduit ensuite dans les autres pièces de l’appartement, où se déroulent les cours d’informatique et d’Anglais. Elle souligne l’intérêt des outils numériques qui facilitent l’apprentissage des contenus pour les malvoyants. Nous assistons à un cours d’Anglais. Tous les élèves suivent le cours avec écouteurs et participent grâce à un ordinateur équipé d’un clavier en braille.

Une fois le parcours de formation achevé, l’association aide les jeunes dans leur recherche d’emploi et suit leur parcours professionnel.

Le taux de réussite de l’association est élevé, mais les obstacles à l’intégration professionnelle restent nombreux. Lily nous confirme que la plus forte visibilité donnée au projet grâce au programme de Mobinil permet de motiver plus d’entreprises à embaucher des jeunes malvoyants.

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème

Voir plus Sur le même thème

Lancé en 2014, le programme FabLabs Solidaires soutient des projets de FabLabs en France et à l’étranger. Cette carte interactive permet de visualiser l’ensemble des...

Tous les programmes d’insertion soutenus par la Fondation Orange sont impactés par la covid-19. Basés sur des sessions de formation présentielles, ils ont été totalement...

Les coups de coeur O féminin Elles veulent s’en sortir. Et nous croyons en la capacité des femmes à réussir si on leur en donne les moyens. C’est pourquoi, depuis plusieurs...

Que ce soit pour démocratiser l’accès au savoir ou pour former des personnes en situation d’exclusion sociale et professionnelle, le numérique est un formidable levier dans...

Le challenge permet à des jeunes en situation de décrochage scolaire ou professionnelle de travailler en équipe à la réalisation d’une création qui utilise un équipement...

Les écoliers n’ont pas tous les mêmes chances. Certains n’ont pas accès aux livres ou à certaines matières alors que d’autres disposent de tous les contenus pédagogiques...