L’insertion des jeunes : son combat

Les rouages des Missions Locales, Anne Dufaud les connaît bien. Les actions, le terrain, l’importance de l’équipe, la directrice de la Mission Locale de Vaulx-en-Velin sait que tout cela est précieux. Celle qui est à la tête de cette structure depuis 1997, était déjà dans cette équipe avant d’en prendre la direction. Du coup elle a pu marquer de son empreinte cette maison connue et reconnue sur la place de Vaulx-en-Velin.

Entre rendez-vous, réunions avec les équipes, Anne Dufaud court, beaucoup, « mais c’est plutôt un bon signe » dit –elle en souriant. Des combats, elle en mène depuis de nombreuses années, « nous nous devons de proposer des actions aux jeunes, nous nous devons de les écouter, de les accompagner ». Et elle cite le projet mené avec la Fondation Orange. Des jeunes qui se sont formés aux outils numériques, qui ont pu acquérir des bases informatiques. « Un joli projet soutenu ». Sa récompense : la soirée organisée avec la remise du diplôme pass numérique ». Ils étaient tous là, ou pas loin, se souvient –elle. « Je pense que je vais le refaire » annonce Anne Dufaud. Une reconnaissance pour ces jeunes « qui n’ont rien eu, rien obtenu »…

Anne Dufaud, directrice de la Mission locale de Vaulx-en-Velin, entourée de son équipe. (4eme en partant de la gauche)

 

« Ecouter, expliquer »

Changements de comportements, de mode de vie… Anne Dufaud, comme de nombreux acteurs et professionnels de la jeunesse, le constate : « ils venaient en groupe nous voir, nous rencontrer… aujourd’hui c’est le repli sur soi, ils restent chez eux. C’est dans l’air du temps, le portable, l’ordinateur à la maison ont changé la donne ». Elle note également la montée du radicalisme.

Mais elle, et son équipe, mettent toujours autant de conviction pour apporter des réponses à des ces jeunes. « Nous recevons, écoutons, nous sommes beaucoup dans l’explication » résume la directrice. Il n’y a pas de solution immédiate, il faut du temps. Elle le sait. Ses plus belles victoires : lorsqu’un jeune décroche un job, même en CDD. « C’est bien pour lui, mais aussi pour nous ». Elle voit d’un bon œil, les emplois d’avenir, « des contrats un peu plus long ». Mais là encore, elle doit se battre pour en décrocher. « C’est un bon tremplin pour ces jeunes sans qualification » assure-t-elle. Les jeunes, elle les connaît bien, elle aimerait juste que le monde des adultes soit un peu plus tolérant « on leur demande beaucoup, on leur demande d’être conforme aux adultes, laissons leur, leur part de jeunesse ! »

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème

Voir plus Sur le même thème

C’est parti pour l’édition 2022 du challenge international des FabLabs Solidaires. Depuis plusieurs mois, 15 équipes de jeunes en insertion conçoivent et réalisent une...

Lancé en 2014, le programme FabLabs Solidaires soutient des projets de FabLabs en France et à l’étranger. Cette carte interactive permet de visualiser l’ensemble des...

Pour rendre les femmes sans qualification et sans emploi plus autonomes, nous avons créé les Maisons Digitales pour les former et les accompagner. Fin 2021, 362 Maisons...

Parce qu’ils forment des jeunes en insertion à la fabrication numérique par le « faire », en intégrant les défis environnementaux, les FabLabs impulsent déjà les métiers du...

Quelles réponses à mes besoins ? J’ai besoin d’être aidé, orienté, de trouver des solutions ? Autisme Info Service est le premier dispositif gratuit et national, d’écoute et...

Nous lançons aujourd’hui l’expérimentation du projet Écoles Numériques dans le Grand-Est à la Préfecture du Bas-Rhin, en partenariat avec les acteurs publics et associatifs. Son...