Odile Blanche Hand Kana,
l’éducation comme priorité

éducation - Cameroun

Éduquer, former, motiver. Trois objectifs que s’est fixé Odile Blanche Hand Kana à travers son action bénévole, responsable reporting Orange Money chez Orange Cameroun.
« J’ai commencé à m’investir dans le bénévolat il y a huit ans, au sein de ma paroisse. J’apportais mon aide aux ONG Africa Hope Challenge et Respect Cameroun. Je rencontrais des enfants dans des orphelinats, des centres d’accueil… Il s’agissait de leur venir en aide, de favoriser leur éducation en passant en revue leurs bulletins de notes, en les orientant selon leurs difficultés, en animant des activités périscolaires…
J’étais leur “Maman Orange” ! », explique cette mère de famille de 42 ans, passée par les bancs de l’université.

"J’étais
leur Maman Orange”

Salariée d’Orange Cameroun depuis douze ans, Odile y est entrée à 30 ans, en tant qu’agent SAV. Issue d’une famille nombreuse relativement modeste – cinq frères et soeurs, un père maître d’hôtel et une mère informaticienne – Odile se marie à 21 ans. La jeune femme débute des études littéraires et obtient sa licence à 24 ans. Sept ans après son embauche chez Orange, elle retourne à l’université et clôture sa formation littéraire par une maîtrise en lettres modernes françaises. Entretemps, Odile met au monde trois enfants et grimpe les échelons chez Orange Cameroun : chef du SAV, puis chef d’équipe vente et SAV.

En 2009, après quatre ans de bénévolat au sein de sa paroisse, Odile Blanche Hand Kana prend la présidence régionale de l’Association des Femmes d’Orange Cameroun (ADFORC), soutenue par la Fondation Orange. Avec les 90 membres de l’association, elle se bat toujours pour l’éducation et le bien-être des plus défavorisés en leur apportant une aide matérielle : fournitures scolaires pour la rentrée, jouets et nourriture à Noël… Elle pilote également des ateliers de formation auprès de mères de famille pour les inciter à se lancer dans des activités génératrices de revenus dans le secteur commercial ou agricole.

« Soutenue par la Fondation Orange, l’ADFORC a les moyens d’agir. Mener des actions de solidarité avec cette association me permet de me sentir utile auprès des autres, d’apporter de la joie à ceux qui sont en difficulté, de développer des relations humaines fortes », insiste celle qui, avec la Fondation Orange, a récemment participé à la pose de la première pierre de l’atelier technique de l’école des sourds-muets de Buea, dans le sud-ouest du pays.

Sacrée Meilleure Bénévole d’Orange Cameroun, Odile Blanche Hand Kana prouve que chez Orange, la solidarité a sa place au sein de l’entreprise !

portrait réalisé par Coraline Bertrand

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème

Voir plus Sur le même thème

Frédéric Walch est expert en informatique chez Orange, à Lyon. Depuis 9 ans, il aide aussi bénévolement des femmes à reprendre pied avec le numérique. Frédéric nous conseille à...

Merci aux 8000 salariés Orange qui s’engagent au quotidien dans nos actions. L’implication des salariés Orange à travers le monde démultiplie nos actions en faveur du...

Marc et Daniel font partie de l’association Orange Solidarité. Dans le cadre du dispositif Temps Partiel Senior, ils utilisent une partie de leur temps de travail pour...

Belhassen Seghaier est de ceux qui revendiquent haut et fort l’intérêt qu’ils portent à leur travail : « L’ADSL, c’est mon domaine. J’aime travailler sur du fixe, progresser avec...