"On va à la piscine avec Sandrine ?"

Dès juin 2015, Sandrine Arcelon s’est enthousiasmée pour le concept d’inclusion des enfants avec autisme. Forte de ses compétences d’éducatrice en activités physiques adaptées à l’ASPTT Montpellier, elle fait l’unanimité par ses qualités relationnelles. Les parents l’apprécient, les enfants l’adorent. Elle est aujourd’hui la pierre angulaire du dispositif et transmet son expérience à l’ensemble des éducateurs concernés. Voici son témoignage.

Qui ?
Gabriel est un jeune enfant avec de grands yeux clairs, très longs cils et un sourire des plus malicieux. Il est très actif et plutôt têtu. De façon familière, je dirais que c’est une vraie crevette tellement il est élancé et tonique. Il aime parler, enfin prononcer des mots qui ont l’air de sortir tout droit d’un dessin animé japonais, courir, ou s’asseoir lorsqu’il faut faire… complètement l’inverse. Son mode de communication est la méthode PECS et le pointé. Comme un grand nombre d’enfants autistes, il évolue à côté du monde qui l’entoure, on pourrait croire, sans vraiment y prêter d’attention mais, je vois bien que du coin de l’œil, il regarde, observe ce que font ses camarades et si je ne pars pas trop loin de lui. Dans son caractère, ou fonctionnement, je ne saurais encore vous dire si c’est plus l’un ou l’autre qui rentre en jeu, il cherche parfois le point de rupture… le moment où je vais me fâcher et hausser le ton, afin de le remettre sur les rails enfin je l’espère mais bien souvent c’est lui qui gagne. Il se met parfois en mode chamallow, refuse de tenir sur ses pieds, il se laisse fondre sur le sol et attend que je le relève. Il se comporte de la sorte lorsque l’activité ne lui plait pas ou lorsque l’attente est trop longue.

 

Une séance au gymnase

 

Quand ?
Après une prise de contact en mai 2016, j’ai rencontré Jean-André, le père de Gabriel et le beau-père de Kenzo. Kenzo est le demi-frère de Gabriel, d’une précédente union qui est également atteint de TSA, le 9 juin. Le papa était seul sans les enfants. A l’époque le souhait était de l’intégrer en cours de natation mais la propreté n’étant pas au rendez-vous, c’est une activité Kidisport qui sera privilégiée.
Lors de ma rencontre avec Gabriel, j’ai eu la sensation que l’entente aller bien se passer.
Et cela était bien le cas, il n’y a pas eu grands soucis à le garder seule durant toute la séance de sport, par contre je l’ai passée à lui courir derrière et à essayer de le relever, d’où le surnom de mon bonhomme chamallow.

Asptt MontpellierQuoi/comment ?
L’utilisation de la tablette est très utile avec Gabriel en Kidisport, je l’utilisais au départ pour lui montrer les exercices à faire. Très vite je me suis rendu compte que je ne devais pas lui présenter d’images trop techniques mais au contraire lui proposer un collage avec deux ou trois images accolé à une phrase, elle me sert également à le faire patienter lorsque l’attente est trop longue avec un jeu de puzzle ou de memory.

Où ?
Depuis le 7 mars 2017, Gabriel a intégré un cours de piscine, sur un créneau qui ne trouvait pas de sportif libre. Un vrai poisson dans l’eau, il me fallait être vigilante car Gabriel est comme le lait sur le feu. J’ai passé une bonne partie de la première séance à sauter à l’eau tellement il est furtif et n’attrape pas la perche. Il aime découvrir les sensations d’appuis, la flottaison de son corps, il aime faire valser la frite qui sert de bouée. Il est en constante expérimentation et évolue très rapidement. Il arrive avec son bonnet vissé sur la tête, les lunettes déjà placées et il ne les touche plus de toute la séance. C’est un régal de le voir si à l’aise dans l’eau. Il flotte, saute et passe sous les obstacles par contre il refuse toute aide matérielle et donc n’accepte pas de prendre la perche lorsqu’il s’éloigne. Si bien qu’un jour, le président de la section piscine en visite au bord du bassin a pu observer Gabriel, faire une vingtaine de mètres sur le dos sans le moindre effort car il refusait de s’arrêter de nager et de revenir au bord.

Les autres
Tout le monde aime Gabriel, les copains des groupes d’activité, les collègues partenaires avec lesquels je collabore. Un petit Thomas a décidé que Gabriel était son copain, Camille et Léon de son groupe de Kidisport essayent très souvent de l’amener avec eux lors des déplacements… Il fait l’unanimité.

Et moi
Gabriel est très attachant, je fais tout pour qu’un jour il est la chance de devenir autonome au sein de notre structure. Ce jour où il n’aura plus besoin de moi je serais fière de lui, mais j’aurais surement un pincement à ne plus m’occuper de lui.

Lui
Il a fait des progrès, de plus il s’exprime mieux. Il est ravi d’aller au sport, son père me dit qu’il complète la phrase « on va à la piscine avec Sandrine » lorsqu’il lui montre son sac. La kinésithérapeute qui ne l’avait pas vu durant deux mois a trouvé une meilleure compréhension des consignes et surtout plus d’application de ces dernières. Et la plus belle phrase qu’il m’ait dite un jour c’est « je t’aime Sandrine » j’ai cru que mon coeur allait fondre sur place.

 

Les enfants ne trichent pas, ceux atteints d’autisme encore moins, grâce à votre soutien Gabriel, Kenzo, Youssef, Marielle, Louca, Hugo, Sihamoudine, Nicolas, Medhi, Danyl, Aman ont pratiqué leur sport presque comme les autres et bientôt ils seront rejoints par Felix, Lucie, Ilyan, Auxence Liam, Loic, Leon, Eva.
Merci d’avoir rendu cela possible.

 

Partager cet article

 

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recherche